Prise en charge de la dyslexie PDF Imprimer Envoyer

 

LA DYSLEXIE...QU'EST-CE QUE C'EST ?

 (Selon C.L. Gérard dans "Le nouveau Traité de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent")

 

 

Les dyslexies-dysorthographies sont un ensemble de difficultés durables d'apprentissages fondamentaux de la lecture et de l'orthographe chez un enfant ou un adulte, ayant évolué dans un environnement affectif, social et culturel normal, ayant été normalement scolarisé, présentant un niveau intellectuel normal (les performances en langage écrit sont nettement inférieures aux capacités exprimées dans d'autres domaines: oral, culturel, autres matières hors écrit), ayant une absence de troubles sensoriels ou perceptifs (ouïe, vue) et ayant une absence de troubles psychologiques primaires. 

 

COMMENT AIDER L'ENFANT DYSLEXIQUE EN CLASSE ?

 

Il faut savoir aussi qu'il n'existe pas une méthode s'adaptant à tous les dyslexiques, les formes et les degrés étant très variés.

 

  •  
    • Donner du temps : il a peu d'automatismes et doit rĂ©flĂ©chir tout le temps

 

  •  
    • Exiger un minimum bien fait. Accepter qu'il fasse moins que les autres
       
    • Insister sur les rĂ©ussites, rĂ©ajuster les exigences au fur et Ă  mesure des progrès, reconnaĂ®tre ses qualitĂ©s, positiver
       
    • Eviter la copie inutile pour l'objectif de la leçon ou de l'Ă©valuation. La copie est un exercice difficile pour le dyslexique, ne pas contourner la difficultĂ© mais ne pas en demander de trop
       
    • Encourager l'expression Ă©crite mĂŞme s'il y a des fautes
       
    • Pour les dictĂ©es, on peut faire : des dictĂ©es Ă©courtĂ©es ; une double notation (noter les mots appris) ; les dictĂ©es Ă  trous ; les dictĂ©es Ă  objectifs
       
    • Ne pas sanctionner l'orthographe des mots, les prĂ©senter en colonne et conseiller de les apprendre visuellement et en les Ă©pelant phonĂ©tiquement si c'est possible en alphabĂ©tiquement si nĂ©cessaire. Utiliser les mots de la mĂŞme famille (ex : un chat - un chaton ou la beautĂ© - belle)
       
    • Cibler les objectifs de l'Ă©valuation : Attention au vocabulaire utilisĂ© dans les consignes, vĂ©rifier si la consigne est bien comprise par un Ă©change oral
       
    • Fournir l'Ă©noncĂ© photocopiĂ© de l'Ă©valuation en Ă©vitant au maximum de faire Ă©crire l'enfant
       
    • Lire le texte des problèmes de maths si l'enfant a des difficultĂ©s en lecture
    • Utiliser des documents clairs et aĂ©rĂ©s sans trop d'informations Ă  la fois
       
    • Pour les consignes, prĂ©fĂ©rer une Ă©criture cursive bien formĂ©e pour les petits ou les plus en difficultĂ©s pour Ă©viter les confusions visuelles telles que "b", "d", "p", "q" 
    • Pour les leçons, vĂ©rifier le cahier de texte et aider l'enfant Ă  s'organiser pour qu'il emporte tout ce qu'il faut
       
    • Pour apprendre les leçons, vĂ©rifier la bonne comprĂ©hension du rĂ©sumĂ©, souligner les mots Ă  retenir en prioritĂ© et Ă  savoir Ă©crire. PrĂ©senter ces mots en colonne et dans l'ordre du texte. Après plusieurs lectures de l'enfant, s'il ne rĂ©ussit pas Ă  mĂ©moriser, conseiller aux parents de  lui lire le rĂ©sumĂ© plusieurs fois et de lui poser des questions
       
    • L'usage du crayon Ă  papier et de la gomme peut Ă©viter les ratures frĂ©quentes chez ces enfants qui installent difficilement les automatismes et qui doivent rĂ©flĂ©chir presque Ă  chaque mot
       
    • PossibilitĂ© d'utiliser la pointe du crayon pour suivre la lecture
       
    • En plus de la leçon de lecture, faire lire l'enfant le plus souvent possible Ă  voix haute (lecture de consignes, de rĂ©sumĂ©...)
       
    • Ne pas hĂ©siter Ă  rĂ©expliquer, rĂ©capituler
       
    • Pratiquer une pĂ©dagogie de contrat avec l'Ă©lève avec une description prĂ©cise des buts Ă  atteindre (ex : savoir Ă©crire tant de mots usuels, ne plus oublier les "s" du pluriel). C'est lĂ  que la coopĂ©ration avec l'orthophoniste peut ĂŞtre intĂ©ressante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Collège Le Bon Sauveur – Saint-Lô

Les élèves à Besoins Educatifs Particuliers

 

Qui sont ces élèves à besoins éducatifs particuliers ?

 

Élèves présentant une déficience auditive

Élèves présentant une déficience visuelle

Élèves présentant une déficience motrice

Élèves présentant une déficience cognitive

Élèves atteints de troubles de la santé

Élèves présentant des troubles de la conduite et du comportement

Elèves présentant des troubles spécifiques des apprentissages

Élèves intellectuellement précoces

Élèves nouvellement arrivés en France

 

Chez les élèves à B.E.P., on va souvent retrouver les invariants suivants :


• déficit de motivation

• dysharmonie dans leurs performances d’une discipline à l’autre

• difficultés à trouver ou prendre sa place dans un groupe (lenteur, refus, rejet…)

• manifestations de leur souffrance psychique (découragement, détachement agressivité parfois…

 

Avant toute proposition d’aménagement pédagogique, il est important d’évaluer où se situe l’élève dans les apprentissages, de repérer ce qui est stable chez lui afin de lui proposer des activités qu’il puisse réussir et qui lui donne envie de continuer.

 

On peut même proposer des activités en deçà pour qu’il se mette en action facilement, pour valoriser ses réussites...

 

Il faut aussi prendre en compte la fatigabilité, la difficulté d’attention, la concentration.

 

A partir de l’évaluation :

 

- envisager quels sont les possibles (où en est-il ou que peut-on viser pour lui ? Quel niveau de compétences ?)

- identifier les activités qu’il peut faire avec le groupe classe, avec ou sans différenciation, et accepter de lui proposer autre chose, l’adaptation n’étant pas toujours possible

 

Consignes orales

 

• Accepter de dire, redire et répéter encore…

• Donner une seule consigne à la fois autant que possible : la faire reformuler, en laisser une trace visuelle ou autre (objet, photo, message écrit, codage, dessin, consigne, message sonore, …. ),  donner un exemple

 

• Si plusieurs consignes :

  • en restreindre le nombre et la complexitĂ©

  •  les prĂ©senter chronologiquement, associer des codes, des couleurs…

  • les rĂ©pĂ©ter une par une, les faire rĂ©pĂ©ter une par une, puis Ă  la suite

  • en laisser une trace dans un endroit accessible Ă  l’élève, proche ou pas, (au tableau, dans un coin de la salle, sur la table, affichĂ©e…)

  • aider individuellement Ă  se remĂ©morer

  • recourir Ă  des rituels (cf. procĂ©dures gestion mentale, mĂ©tacognition…)

     

Mémoire - Repérage espace-temps


• Généraliser les rituels, accepter les répétitions

• Systématiser le recours à des outils méthodologiques type pense –bête (petites fiches à construire avec l’élève pour ne rien oublier (ex : pour faire mon cartable, avant d’aller en EPS, pour faire ma fiche de …)

 

• Multiplier les supports et les recours à différents outils de repérage du temps :

 - emplois du temps différents : personnel, collectif, fixe, à compléter…;

 - calendriers variés : planning mensuel, semainier, cahier de texte, agenda personnel, collectif, à compléter…

 - outils de mesure du temps : horloge, réveil, montre, chronomètre, sablier… fil à linge sur lequel on fixe un marqueur temporel ….

 

 - tableaux à double entrée

 

 

Mise Ă  jour le Vendredi, 10 Avril 2015 07:08